قالب وردپرس افزونه وردپرس
Home / Actualites / Nations Unies – Genève : Guerre en Syrie: les exécutions sont condamnées alors que la violence se poursuit «des deux côtés» de la frontière avec la Turquie.

Nations Unies – Genève : Guerre en Syrie: les exécutions sont condamnées alors que la violence se poursuit «des deux côtés» de la frontière avec la Turquie.

15 octobre 2019
Au milieu des combats en cours dans le nord de la Syrie et des informations inquiétantes selon lesquelles des exécutions extrajudiciaires ont été diffusées en ligne, les Nations Unies et leurs partenaires continuent de distribuer des fournitures humanitaires à des dizaines de milliers de personnes déplacées par la violence, ont souligné mardi les agences des Nations Unies.
 
Jens Laerke, du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), a déclaré que la situation en matière de sécurité dans le nord-est de la Syrie était «extrêmement volatile», avec des informations faisant état de frappes aériennes et d’attaques au sol liées à l’incursion militaire turque.
 
« Des deux côtés de la frontière, des morts civiles sont signalées », a déclaré M. Laerke.
 
À ce jour, au moins 160 000 civils ont été déplacés depuis le début de l’offensive mercredi dernier, selon des chiffres de l’ONU, des hôpitaux, des écoles et d’autres infrastructures publiques ayant été touchés ou touchés par les combats.
L’ONU livrera «jusqu’à ce que cela devienne impossible»
 
Soulignant l’engagement de l’ONU et de ses partenaires à « rester en place jusqu’à ce qu’il devienne absolument impossible de le faire », M. Laerke a noté que l’organisation continue de fonctionner à l’extérieur de la ville de Qamishli.
 
« Les Nations Unies restent à Qamishli avec notre personnel », a-t-il déclaré. «Mais nous avons bien sûr constaté que dans certaines zones où il y a des combats actifs, il est impossible d’y aller pour des raisons évidentes. Et l’aide est redirigée vers des zones où ceux qui peuvent aider se déplacent. ”
 
Faisant écho à ce message et appelant de même des garanties de sécurité pour tous les humanitaires, Hervé Verhoosel, porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), a déclaré que 130 000 personnes « recevront bientôt de la nourriture car elles ont déjà été expédiées ».
 
Sur ce nombre, 83 000 ont déjà reçu de la nourriture, a-t-il ajouté, notant que celle-ci «arrive là où les gens en ont le plus besoin».
Une frappe aérienne serait responsable de la mort de civils et de journalistes
 
Bien que le bilan des civils ne soit pas clair, étant donné la difficulté de vérifier les informations dans une zone de conflit, Marixie Mercado du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, l’UNICEF, a confirmé les décès «d’au moins quatre enfants et de neuf blessés dans le nord-est de la Syrie», ainsi que sept autres jeunes en Turquie.
 
Un autre incident, qui aurait été lié à une frappe aérienne turque sur la route reliant Tel-Tamor à Ras al-Ain le dimanche 13 octobre, a entraîné la mort de quatre civils, dont deux journalistes, a déclaré le bureau des Nations Unies aux droits de l’homme, le HCDH.
 
«Le pire incident dont nous ayons connaissance à ce jour, et que nous cherchons toujours à vérifier pleinement, est un rapport selon lequel au moins quatre civils, dont deux journalistes, auraient été tués et des dizaines d’autres blessés lorsqu’un convoi de véhicules aurait été heurté par un turc. frappe aérienne », a expliqué le porte-parole du HCDH, Rupert Colville.
 
En Turquie, les autorités ont rapporté que 18 civils avaient été tués depuis l’intensification du conflit la semaine dernière, a ajouté M. Colville, « dont un bébé de neuf mois, tué par un mortier transfrontalier et des coups de feu tirés par des combattants kurdes ».
 
Des séquences vidéo troublantes ont également émergé de ce qui semble être des exécutions sur une autre autoroute, qui ont ensuite été diffusées en ligne par des forces liées à l’armée turque.
 
«Nous avons reçu des informations et visionné deux séquences vidéo distinctes montrant des exécutions sommaires par des combattants appartenant au groupe armé Ahrar Al-Sharqiya, affilié à la Turquie, le 12 octobre, a expliqué M. Colville.
 
«L’une des vidéos – qui ont été largement partagées sur les réseaux sociaux – semble montrer que les combattants se filment capturant et exécutant trois captifs kurdes sur l’autoroute Al-Hassakeh – Manbij … Un seul des captifs semblait porter uniforme militaire. »
 
Le bureau des droits de l’homme des Nations Unies a également reçu des informations selon lesquelles une femme politique kurde bien connue, Hevrin Khalaf, aurait également été exécutée sur la même route, qui aurait également été exécutée par des combattants d’Ahrar al-Sharqiya.
 
Selon le droit international, les exécutions sommaires sont des violations graves, selon le Haut-Commissariat, peuvent constituer un crime de guerre.
Environ 70 000 enfants déplacés: UNICEF
 
Au moins 170 000 enfants pourraient avoir besoin d’une assistance humanitaire en raison de la violence, a ajouté Mme Mercado de l’UNICEF, notant que 70 000 enfants ont été déplacés depuis l’escalade des hostilités la semaine dernière.
 
La plupart ont cherché refuge chez des parents, des amis et des communautés d’accueil, mais il existe également 33 abris collectifs «pour la plupart des écoles et des bâtiments inachevés» dans la ville d’Al Hasakeh, la ville de Raqqa et Tal Tamer, a déclaré Mme Mercado.
 
Ils hébergent environ 3 400 personnes « mais leur nombre fluctue rapidement car la plupart des gens ne restent pas longtemps », a-t-elle ajouté, tandis que Jens Laerke, de l’OCHA, a déclaré que l’organisation fournissait de l’aide sur place.
 
«Nous avons entendu parler de 33 abris plus au sud, à Al-Hassakeh. Alors, bien sûr, nous essayons de déplacer l’aide là où se trouvent les gens », a-t-il déclaré.
L’OMS confirme de nouvelles livraisons de matériel médical
 
Soulignant l’impact du conflit sur des services de santé déjà affaiblis, l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
 
https://news.un.org/en/story/2019/10/1049241